Voilà tout le monde ne le sait pas mais j’allaite encore mon petit Markus dont je parlais dans le précédent post. Et là je commence à rentrer dans la phase ou l’on me regarde bizarrement. Les gens sont à la fois surpris, choqués, émus, curieux, sceptiques et rarement admiratifs. Allaiter longtemps en France, entendez par là plus de 6 mois est un acte minoritaire. Alors que dans d’autres contrées cela est plus développé. L’on me demande encore à chaque fois si j’ai du lait, et s’il mange autre chose. Evidemment que j’ai du lait et j’en ai plein. Evidemment aussi qu’il mange plein d’autres choses et il boit même du lait de vache dans un biberon pour faire comme son frère ou alors quand je suis absente parce qu’il aime ça aussi.  La question qui me revient le plus souvent est relative aux raisons de la poursuite de cet allaitement. Alors pourquoi j’allaite mon petit Markus qui a 17 mois ?

  • Parce que je suis un mammifère, lui aussi et que la logique veut qu’il boive du lait de son espèce humaine. Je sais que c’est une phrase qui peut choquer mais la nature est ainsi faite. Vous allez me rétorquer que je lui donne aussi du lait de vache, oui, et je ne tire pas mon lait bien que je l’ai fais les premiers mois à visée du lactarium pour les prématurés. Markus aime prendre le lait maternel uniquement à la source.
  • Parce que c’est à chaque fois, des moments très privilégiés entre lui et moi. Des moments de câlin et de retrouvailles très intenses.
  • Parce que c’est le meilleur aliment pour lui en terme de composition. Mon lait s’adapte parfaitement à ses besoin nutritionnels du haut de ses 17 mois.
  • Parce que même si ce n’est pas un bouclier magique, je continue de lui transmettre mes anticorps qui sont je dirais, d’excellente qualité puisque il a été très très peu malade depuis sa naissance. En dehors de quelques épisodes de rhino-pharyngite liés aux poussées dentaires, de la varicelle transmise par son frère l’année dernière ou alors d’une grosse pharyngite en avril, pas d’autres infections à signaler.
  • Parce que c’est le meilleur moyen de le consoler quand il a un bobo, quand il est contrarié, quand il est fatigué ou quand il a un petit chagrin.
  • Parce que c’est gratuit, c’est toujours à la bonne température et parce que c’est à disposition quand il en a besoin.
  • Parce que c’est facile. Il sait me demander quand il a envie de téter : il crie  » tai taiiiiii  » et tire sur mon tee shirt tout en prenant soin de choisir le coté qui lui plait le plus.  Cependant même si je n’ai pas de problème avec l’allaitement en public, je lui demande parfois de plus en plus de patienter jusqu’à ce que l’on soit dans de bonnes conditions et que je n’ai pas le sein à l’air devant tout le monde.
  • Parce que ça me maintient en forme. Oui oui. Entendez par là que je continue de brûler des calories avec l’allaitement et que ça m’a permis de retrouver mon poids d’avant grossesse, et même de perdre encore du bonus, pour au final retrouver le poids de mes 15 ans. Little boy (2-3) with bare chest, arms up, portrait
Publicités